Un témoin oublié de le la liste d’apôtre “Anonyme I” (BHG 153c)

Il arrive que des informations importantes, imprimées depuis fort longtemps dans quelque ouvrage savant, attendent le philologue sans réussir à attirer son attention. Tel fut pendant 114 ans le sort du signalement par Funk, puis par mon collègue Marcel Metzger dans leurs éditions des Constitutions apostoliques de la présence de la liste d’apôtres Anonyme I dans un manuscrit d’Athènes (EBE 1435, XIe-XIIe siècle, f. 136v-137v) [1].

Ce témoin est d’autant plus précieux qu’il s’agit d’une liste rarissime. Pourtant, de Theodor Schermann, dont l’édition des listes d’apôtres est parue en 1907, à l’auteur de ces lignes (voir notamment «La tradition grecque de la liste d’apôtres “Anonyme I” (BHG 153c), avec un appendice sur la liste BHG 152n», Apocrypha 26, 2015, p. 171-209), on ne compte pas les occasions manquées. La liste n’est certes pas signalée dans le catalogue de Sakkélion [2], qui n’offre qu’une description sommaire du manuscrit. Cependant, il est évident depuis les travaux de C. H. Turner que l’Anonyme I, dans sa forme la plus ancienne (que j’appelle désormais Anonyme I A), a circulé en appendice à une édition tardo-antique des Constitutions apostoliques, comme en témoignent à la fois le Vat. gr. 1506 (an 1024) et la version latine dont le Veronensis LI (49) (vers 500), découvert par Turner en 1911, conserve un fragment [3]. Cette circonstance invitait à chercher cette liste dans d’autres manuscrits Constitutions, en particulier ceux qui, comme l’Atheniensis, montrent des affinités particulières avec ces deux témoins.

Comment se fait-il donc qu’aucun spécialiste des listes d’apôtres, semble-t-il, ne se soit aperçu de la présence de la liste dans l’Atheniensis jusqu’à ce jour? L’explication est peut-être en partie à chercher dans l’étonnant silence de C. H. Turner — à qui l’on doit la découverte de l’Anonyme I — sur ce manuscrit. En effet, l’article dans lequel ce savant publia la liste d’apôtres d’après les manuscrits de Vérone et du Vatican [4] est aussi celui dans lequel il faisait l’éloge de l’édition de Funk (qu’il n’avait pas utilisée dans ses premières publications sur le fragment de Vérone). Pourtant il n’y dit mot de l’indication de ce dernier relative à la présence de la liste dans un second manuscrit. Telle est peut-être la raison majeure pour laquelle aucun de ceux qui ont travaillé depuis lors sur l’Anonyme I (y compris l’auteur de ces lignes) n’est allé vérifier dans l’édition de Funk ou plus tard dans celle de M. Metzger. En effet, si Turner avait publié la liste à partir du Vat. gr. 1506 sans signaler d’autre témoin grec, on croyait pouvoir en déduire qu’elle ne figurait dans aucun des manuscrits alors décrits par les éditeurs — preuve, si besoin était, qu’il ne faut jamais s’épargner une vérification! Il faut ajouter à notre décharge que l’Atheniensis 1435 omet la fin du livre VIII des Constitutions, comme on peut aisément s’en rendre compte en consultant le précieux tableau récapitulatif dans lequel M. Metzger indique quel témoin conserve quelle partie du texte (SC 320, p. 94). Or c’est là que la liste se trouve à la fois dans le Vat. gr. 1506 et dans le Veronensis. Dans ces conditions, un coup d’oeil à ce tableau pouvait faire croire qu’il était inutile de consulter la description de ce manuscrit.

Je n’ai pas encore eu accès à des reproductions, mais les indications de Funk et de M. Metzger donnent à penser qu’il contient la liste sous une forme très proche de ce qu’on lit dans le Vat. gr. 1506. À en juger par les descriptions de Funk (vol. 1, p. XXXV) et du P. Paramelle (notice manuscrite accessible sur Pinakes), le texte est complet. En revanche, son titre est différent: Ποῖος ποῦ τῶν ἀποστόλων ἐδίδαξε καὶ πῶς παρῆλθε. Ce qui verse une nouvelle pièce au dossier complexe des titres de l’Anonyme I (voir les p. 203-205 de l’article cité plus haut). Autre différence: l’Atheniensis n’a pas d’autres matériaux sur les évangiles et sur les apôtres, tandis que le Vat. gr. 1506 ajoute notamment l’Anonyme II (voir p. 180 du même article).

Dans quelle mesure ce nouveau manuscrit éclairera-t-il la tradition de l’Anonyme I A? Il est évidemment impossible de le prédire, mais un second témoin grec de cette forme textuelle sera certainement du plus haut intérêt.

 

[1] F. X. Funk, Didascalia et constitutiones apostolorum, 2 vol., Paderborn, 1905; M. Metzger, Les Constitutions apostoliques (Sources
chrétiennes 320. 329. 336), Paris, 1985-1987. Voir respectivement vol. 1, p. XXXIV-XXXV et SC 320, p. 70s.

[2] J. Sakkélion – A. Sakkélion, Κατάλογος τῶν χειρογράφων τῆς Ἐθνικῆς Βιβλιοθήκης τῆς Ἑλλάδος, Athinai, 1892, p. 257.

[3] Voir C. H. Turner, «A Primitive Edition of the Apostolic Constitutions and Canons: an Early List of Apostles and Disciples», Journal of Theological Studies 15, 1913-1914, p. 53-65.

[4] Il s’agit de l’article cité dans la n. 3.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.