Un témoin oublié de le la liste d’apôtre “Anonyme I” (BHG 153c)

Il arrive que des informations importantes, imprimées depuis fort longtemps dans quelque ouvrage savant, attendent le philologue sans réussir à attirer son attention. Tel fut pendant 114 ans le sort du signalement par Funk, puis par mon collègue Marcel Metzger dans leurs éditions des Constitutions apostoliques de la présence de la liste d’apôtres Anonyme I dans un manuscrit d’Athènes (EBE 1435, XIe-XIIe siècle, f. 136v-137v) [1].

Ce témoin est d’autant plus précieux qu’il s’agit d’une liste rarissime. Pourtant, de Theodor Schermann, dont l’édition des listes d’apôtres est parue en 1907, à l’auteur de ces lignes (voir notamment «La tradition grecque de la liste d’apôtres “Anonyme I” (BHG 153c), avec un appendice sur la liste BHG 152n», Apocrypha 26, 2015, p. 171-209), on ne compte pas les occasions manquées. La liste n’est certes pas signalée dans le catalogue de Sakkélion [2], qui n’offre qu’une description sommaire du manuscrit. Cependant, il est évident depuis les travaux de C. H. Turner que l’Anonyme I, dans sa forme la plus ancienne (que j’appelle désormais Anonyme I A), a circulé en appendice à une édition tardo-antique des Constitutions apostoliques, comme en témoignent à la fois le Vat. gr. 1506 (an 1024) et la version latine dont le Veronensis LI (49) (vers 500), découvert par Turner en 1911, conserve un fragment [3]. Cette circonstance invitait à chercher cette liste dans d’autres manuscrits Constitutions, en particulier ceux qui, comme l’Atheniensis, montrent des affinités particulières avec ces deux témoins.

Comment se fait-il donc qu’aucun spécialiste des listes d’apôtres, semble-t-il, ne se soit aperçu de la présence de la liste dans l’Atheniensis jusqu’à ce jour? L’explication est peut-être en partie à chercher dans l’étonnant silence de C. H. Turner — à qui l’on doit la découverte de l’Anonyme I — sur ce manuscrit. En effet, l’article dans lequel ce savant publia la liste d’apôtres d’après les manuscrits de Vérone et du Vatican [4] est aussi celui dans lequel il faisait l’éloge de l’édition de Funk (qu’il n’avait pas utilisée dans ses premières publications sur le fragment de Vérone). Pourtant il n’y dit mot de l’indication de ce dernier relative à la présence de la liste dans un second manuscrit. Telle est peut-être la raison majeure pour laquelle aucun de ceux qui ont travaillé depuis lors sur l’Anonyme I (y compris l’auteur de ces lignes) n’est allé vérifier dans l’édition de Funk ou plus tard dans celle de M. Metzger. En effet, si Turner avait publié la liste à partir du Vat. gr. 1506 sans signaler d’autre témoin grec, on croyait pouvoir en déduire qu’elle ne figurait dans aucun des manuscrits alors décrits par les éditeurs — preuve, si besoin était, qu’il ne faut jamais s’épargner une vérification! Il faut ajouter à notre décharge que l’Atheniensis 1435 omet la fin du livre VIII des Constitutions, comme on peut aisément s’en rendre compte en consultant le précieux tableau récapitulatif dans lequel M. Metzger indique quel témoin conserve quelle partie du texte (SC 320, p. 94). Or c’est là que la liste se trouve à la fois dans le Vat. gr. 1506 et dans le Veronensis. Dans ces conditions, un coup d’oeil à ce tableau pouvait faire croire qu’il était inutile de consulter la description de ce manuscrit.

Je n’ai pas encore eu accès à des reproductions, mais les indications de Funk et de M. Metzger donnent à penser qu’il contient la liste sous une forme très proche de ce qu’on lit dans le Vat. gr. 1506. À en juger par les descriptions de Funk (vol. 1, p. XXXV) et du P. Paramelle (notice manuscrite accessible sur Pinakes), le texte est complet. En revanche, son titre est différent: Ποῖος ποῦ τῶν ἀποστόλων ἐδίδαξε καὶ πῶς παρῆλθε. Ce qui verse une nouvelle pièce au dossier complexe des titres de l’Anonyme I (voir les p. 203-205 de l’article cité plus haut). Autre différence: l’Atheniensis n’a pas d’autres matériaux sur les évangiles et sur les apôtres, tandis que le Vat. gr. 1506 ajoute notamment l’Anonyme II (voir p. 180 du même article).

Dans quelle mesure ce nouveau manuscrit éclairera-t-il la tradition de l’Anonyme I A? Il est évidemment impossible de le prédire, mais un second témoin grec de cette forme textuelle sera certainement du plus haut intérêt.

 

[1] F. X. Funk, Didascalia et constitutiones apostolorum, 2 vol., Paderborn, 1905; M. Metzger, Les Constitutions apostoliques (Sources
chrétiennes 320. 329. 336), Paris, 1985-1987. Voir respectivement vol. 1, p. XXXIV-XXXV et SC 320, p. 70s.

[2] J. Sakkélion – A. Sakkélion, Κατάλογος τῶν χειρογράφων τῆς Ἐθνικῆς Βιβλιοθήκης τῆς Ἑλλάδος, Athinai, 1892, p. 257.

[3] Voir C. H. Turner, «A Primitive Edition of the Apostolic Constitutions and Canons: an Early List of Apostles and Disciples», Journal of Theological Studies 15, 1913-1914, p. 53-65.

[4] Il s’agit de l’article cité dans la n. 3.

Une année de patristique et de christianisme ancien dans la Revue des sciences religieuses

Le 4e et dernier fascicule du volume 92 (2018) de la Revue des sciences religieuses (RevSR), dont l’auteur de ces lignes est rédacteur en chef, est sorti de presse il y a quelques jours. Le premier volume de la revue dans sa nouvelle présentation est ainsi complet.

La RevSR couvre le champ de la théologie catholique et des sciences religieuses et, de ce fait, publie régulièrement des articles relatifs à la patristique et, plus généralement, à l’histoire, à la littérature et à l’archéologie chrétienne. De ce point de vue, l’année écoulée se signale non tant par le nombre d’articles que par leur qualité:

  • dans un long article intitulé “Les peintures murales de la domus ecclesiae de Doura Europos : le premier cycle narratif chrétien” (RevSR 92/4, p. 451-497), Emanuela Fogliadini (Milan) fait un point très complet sur les fresques qui ornaient le baptistère et qui constituent un ensemble exceptionnel, puisque, remontant aux années 240, il constitue la plus ancienne réalisation qui nous soit connue dans l’art chrétien. L’intérêt particulier de l’article se situe dans le fait d’interroger le sens de ce cycle en lien avec le rite baptismal;
  • suite à la publication de la nouvelle édition des fragments de Gélase de Césarée qu’il vient de publier dans la collection GCS (N.F. 25) avec J. Stutz et N. Marinides (Berlin: De Gruyter, 2018), Martin Wallraff (Munich) fait le point les problèmes complexes liés à la reconstitution de cette œuvre et discute en particulier le problème de sa datation. À l’encontre de l’hypothèse d’un Pseudo-Gélase qui aurait écrit au Ve siècle proposée par P. Van Nuffelen en 2002, l’article montre qu’il n’y a pas de raison de douter qu’il s’agisse d’une œuvre composée au IVe siècle par Gélase, évêque de Césarée, et constituant la plus ancienne continuation de l’Histoire ecclésiastique de son prédécesseur Eusèbe (“Gélase de Césarée. Un historien ecclésiastique du IVe siècle”, RevSR 92/4, p. 499-519);
  • bien qu’il s’agisse d’un article de théologie systématique et non de patristique, il vaut la peine de mentionner ici l’étude publiée par Vincent Holzer (ICP) sous le titre “Foi trinitaire, similitudes et dialectique. Pour une intelligence de la foi trinitaire” (RevSR 92/4, p. 521-557) en raison de la place importante qu’y occupe l’analyse de la pensée trinitaire d’Augustin.

Outre les articles, il faut signaler des “notes de lecture” — un nouveau format de compte rendu introduit cette année pour favoriser des discussions approfondies — qui s’inscrivent dans le champ des études patristique et qui sont dues à d’excellents spécialistes des domaines concernés:

  • dans le fascicule 2 (p. 279-285), Martine Dulaey (EPHE) rend compte des actes du colloque tenu à Salzbourg en 2015 suite à la redécouverte par Lukas Dorfbauer d’un commentaire patristique qu’on croyait perdu: le Commentaire des évangiles rédigé au milieu du IVe siècle par Fortunatien d’Aquilée ( L. J. Dorfbauer [éd.], Fortunatianus redivivus. Bischof Fortunatian von Aquileia und sein Evangelien­kommentar, Berlin: De Gruyter, 2017);
  • dans le fascicule 4, deux notes de lecture de Jean-Claude Larchet sur de récentes publications ont été rassemblées sous le titre “Autour de Maxime le Confesseur” (p. 559-564).

La Revue des sciences religieuses (RevSR) fait peau neuve

Fondée en 1921 et publiée par la Faculté de théologie catholique de l’Université de Strasbourg, la Revue des sciences religieuses, dont j’ai le plaisir d’être rédacteur en chef, est l’une des plus anciennes revues théologiques du monde catholique francophone.

En attendant de fêter son centenaire, Continuer la lecture de La Revue des sciences religieuses (RevSR) fait peau neuve

La notice sur l’évangéliste Marc dans la liste d’apôtres du Vindobonensis theol. gr. 40 (77)

La liste d’apôtres BHG 150 couramment désignée comme liste du «Pseudo-Épiphane» (bien que cette attribution ne se trouve que dans un nombre très restreint de témoins et que cette liste soit anonyme dans la plupart des manuscrits) existe, grosso modo, sous trois formes: Continuer la lecture de La notice sur l’évangéliste Marc dans la liste d’apôtres du Vindobonensis theol. gr. 40 (77)

L’Archivio storico per la Calabria e la Lucania disponible online

La numérisation d’une revue difficile à trouver en bibliothèque est toujours une bonne nouvelle. Celle de l’Archivio storico per la Calabria e la Lucania, dont, en France, seule la Bibliothèque Interuniversitaire de la Sorbonne possède la collection complète, et qui n’est simplement pas disponible en Suisse (à l’exception d’un petit nombre d’exemplaires possédés par la Bibliothèque d’art et d’archéologie de Genève), réjouira historiens et byzantinistes. L’ensemble des numéros de 1931 à 2006 (n° 73) est disponible sur le site de l’Associazione Nazionale per gli Interessi del Mezzogiorno d’Italia (ANIMI).

La consultation est fonctionnelle, mais peu commode et peu intuitive. Une fois “entré” dans l'”archivio”, il faut cliquer à gauche de l’écran sur le dossier “Archivio Storico per la Calabria e la Lucania”, puis sur le bouton “Visualizza lista documenti” et enfin, pour consulter un volume précis, sur le symbole ayant la forme d’un œil, qui ouvre une fenêtre permettant de consulter les articles page par page.

J’ai ajouté cette revue dans ma liste de “Périodiques grecs en Suisse romande ou sur Internet (avec quelques autres périodiques d’études byzantines)“.

“Lace: Greek OCR”: plus de 600 éditions de textes grecs avec reconnaissance de caractères

Le site “Lace: Greek OCR” a déjà deux ans, mais il reste peu connu des hellénistes francophones, semble-t-il. Il s’agit pourtant d’une ressource extraordinaire: il donne accès à plus de 600 éditions de textes grecs, disponibles à la fois sous forme d’image et, c’est là que réside le grand intérêt du site, dans un texte reconnu (OCR) de grande qualité, en unicode. Continuer la lecture de “Lace: Greek OCR”: plus de 600 éditions de textes grecs avec reconnaissance de caractères

Les témoins de la liste d’apôtres BHG 154e/156n dans l’édition de Schermann

La curieuse petite liste d’apôtres enregistrée sous les numéros BHG 154e et 156n [1], attribuée à Épiphane par un manuscrit, mais anonyme dans les autres, a été éditée par Theodor Schermann non dans ses Prophetarum vitae fabulosae, indices apostolorum discipulorumque Domini (1907), mais dans la monographie consacrée aux mêmes textes qu’il a publiée la même année dans Texte und Untersuchungen [2]. L’édition de Schermann est basée sur deux manuscrits et, en théorie, sur deux éditions. Ces témoins appellent quelques remarques. Continuer la lecture de Les témoins de la liste d’apôtres BHG 154e/156n dans l’édition de Schermann

Un étonnant exemple de « création philologique »: la liste « De eximiis [Christi] discipulis » de Schermann (cf. BHG 156d)

Pour les listes d’apôtres et de disciples du Christ — à savoir un ensemble foisonnant de textes donnant les noms et, souvent, quelques informations essentielles sur les douze apôtres de Jésus, auxquels s’ajoutent parfois les autres évangélistes, S. Paul ou les septante(-deux) disciples (Lc 10, 1ss.),  —, on dépend toujours de l’édition de Theodor Schermann dans la Bibliotheca Teubneriana: Prophetarum vitae fabulosae, indices apostolorum discipulorumque Domini, Dorotheo, Epiphanio, Hippolyto aliisque vindicata (Leipzig, 1907), p. 107ss. Il y a plus de vingt ans, « une refonte drastique » de ce recueil — à laquelle l’auteur de ces lignes s’attache dans le cadre d’un projet soutenu par le Fonds national suisse  [1] — était déjà jugée urgente par François Dolbeau [2]. Continuer la lecture de Un étonnant exemple de « création philologique »: la liste « De eximiis [Christi] discipulis » de Schermann (cf. BHG 156d)

The text of Uncial 0323 Compared with Older and Contemporary New Testament Manuscripts

At present, unless one has the opportunity to go to St Catherine and try to decipher the Greek palimpsest leaves of the Syrus Sinaiticus (Sin. syr. 30) or to consult old pictures (provided that they are helpful, which is far from certain), the only access we have to the text of 0323, the “newest” NT uncial (dated from the 4th or 5th century), is through the portions which were transcribed by Burkitt and Mrs Dunlop.

On this basis, it is interesting to compare our fragment’s text with important witnesses, especially with manuscripts older than or (broadly) contemporary with it. Continuer la lecture de The text of Uncial 0323 Compared with Older and Contemporary New Testament Manuscripts

Dt 22, 9, Geop. V, 15 et Jean Chrysostome: remarque additionnelle sur une particularité de l’Egerton 3154

Dans un article consacré à deux manuscrits du Grand Météore publié l’an dernier avec P. Augustin[1], j’ai montré que le l’Egerton 3154 de la British Library (olim Burdett-Coutts II 14), un témoin des Géoponiques,  n’est autre que le “Recueil botanico-zoologique” mutilé que l’archimandrite Porphyre Uspenskij a trouvé au Monastère de la Transfiguration et dont il a donné une description dans un journal de voyage dans le Nord de la Grèce publié après sa mort[2].

L’une des particularités de ce manuscrit, resté inconnu de Beckh, le dernier éditeur des Géoponiques, est de porter un ☧ (ΧΡ) surmonté d’un C dans la marge, au niveau où commence Geop. V, 15, 3: Continuer la lecture de Dt 22, 9, Geop. V, 15 et Jean Chrysostome: remarque additionnelle sur une particularité de l’Egerton 3154

A propos du texte de Photius, Bibl. 223 (Diodore de Tarse, Contre le Destin)

Le traité de Diodore de Tarse Contre les Astrologues n’est connu que par le long résumé qu’en a donné Photius dans sa Bibliothèque (cod. 223). J’ai récemment mis la dernière main à une traduction italienne de ce texte dans le cadre d’un projet dirigé par Luciano Canfora. Continuer la lecture de A propos du texte de Photius, Bibl. 223 (Diodore de Tarse, Contre le Destin)

Un Notre Père en onciale grecque dans un manuscrit latin de Schaffhouse

Le Répertoire des bibliothèques et des catalogues de manuscrits grecs de M. Richard et J.-M. Olivier (31995) signale à l’entrée “Schaffhausen” un seul manuscrit grec (Isocrate, XVIe s.), sous le n° 43 (erreur d’Omont? il s’agit en fait du Gen. 34). Continuer la lecture de Un Notre Père en onciale grecque dans un manuscrit latin de Schaffhouse

Un manuscrit grec du XVIIIe siècle parmi les acquisitions récentes de l’Ambrosienne (Z 77 suss.)

Le site de la Biblioteca Ambrosiana (Milan) donne accès à une liste de manuscrits qui ne figurent pas encore dans des catalogues imprimés: G. Barbero et S. Serventi, Biblioteca Ambrosiana. Inventario dei manoscritti (Z 1-125 suss.) inseriti in biblioteca dal 1993 al 2009, Milano 2009. Continuer la lecture de Un manuscrit grec du XVIIIe siècle parmi les acquisitions récentes de l’Ambrosienne (Z 77 suss.)

Périodiques grecs en Suisse romande ou sur Internet (avec quelques autres périodiques d’études byzantines)

Version mise à jour le 12 janvier 2016.

Ce relevé (évidemment non exhaustif) se concentre sur les revues les plus difficiles d’accès, en prenant surtout en compte les bibliothèques de Fribourg, Genève et Lausanne (la Fondation Hardt, à Vandoeuvres [GE], n’est habituellement pas prise en compte). Continuer la lecture de Périodiques grecs en Suisse romande ou sur Internet (avec quelques autres périodiques d’études byzantines)

A “New” Uncial Fragment of John’s Gospel (0323)

Lien vers la version française.

I’m glad to announce a little, yet exciting (re)discovery: a forgotten uncial fragment of John’s Gospel in one of the most famous manuscripts in the field of New Testament textual criticism, the Syrus Sinaiticus. The presence of some palimpsest leaves with a Greek Gospel text in this manuscript (Sinaiticus gr. 30, fol. 142, 144, 147 and 149) has been known to the scientific community for more than 100 years, but it always remained in the shadow of the Old Syriac text and apparently no one realized that it had gone unregistered in the GA list of New Testament manuscripts. Continuer la lecture de A “New” Uncial Fragment of John’s Gospel (0323)