Une année de patristique et de christianisme ancien dans la Revue des sciences religieuses

Le 4e et dernier fascicule du volume 92 (2018) de la Revue des sciences religieuses (RevSR), dont l’auteur de ces lignes est rédacteur en chef, est sorti de presse il y a quelques jours. Le premier volume de la revue dans sa nouvelle présentation est ainsi complet.

La RevSR couvre le champ de la théologie catholique et des sciences religieuses et, de ce fait, publie régulièrement des articles relatifs à la patristique et, plus généralement, à l’histoire, à la littérature et à l’archéologie chrétienne. De ce point de vue, l’année écoulée se signale non tant par le nombre d’articles que par leur qualité:

  • dans un long article intitulé “Les peintures murales de la domus ecclesiae de Doura Europos : le premier cycle narratif chrétien” (RevSR 92/4, p. 451-497), Emanuela Fogliadini (Milan) fait un point très complet sur les fresques qui ornaient le baptistère et qui constituent un ensemble exceptionnel, puisque, remontant aux années 240, il constitue la plus ancienne réalisation qui nous soit connue dans l’art chrétien. L’intérêt particulier de l’article se situe dans le fait d’interroger le sens de ce cycle en lien avec le rite baptismal;
  • suite à la publication de la nouvelle édition des fragments de Gélase de Césarée qu’il vient de publier dans la collection GCS (N.F. 25) avec J. Stutz et N. Marinides (Berlin: De Gruyter, 2018), Martin Wallraff (Munich) fait le point les problèmes complexes liés à la reconstitution de cette œuvre et discute en particulier le problème de sa datation. À l’encontre de l’hypothèse d’un Pseudo-Gélase qui aurait écrit au Ve siècle proposée par P. Van Nuffelen en 2002, l’article montre qu’il n’y a pas de raison de douter qu’il s’agisse d’une œuvre composée au IVe siècle par Gélase, évêque de Césarée, et constituant la plus ancienne continuation de l’Histoire ecclésiastique de son prédécesseur Eusèbe (“Gélase de Césarée. Un historien ecclésiastique du IVe siècle”, RevSR 92/4, p. 499-519);
  • bien qu’il s’agisse d’un article de théologie systématique et non de patristique, il vaut la peine de mentionner ici l’étude publiée par Vincent Holzer (ICP) sous le titre “Foi trinitaire, similitudes et dialectique. Pour une intelligence de la foi trinitaire” (RevSR 92/4, p. 521-557) en raison de la place importante qu’y occupe l’analyse de la pensée trinitaire d’Augustin.

Outre les articles, il faut signaler des “notes de lecture” — un nouveau format de compte rendu introduit cette année pour favoriser des discussions approfondies — qui s’inscrivent dans le champ des études patristique et qui sont dues à d’excellents spécialistes des domaines concernés:

  • dans le fascicule 2 (p. 279-285), Martine Dulaey (EPHE) rend compte des actes du colloque tenu à Salzbourg en 2015 suite à la redécouverte par Lukas Dorfbauer d’un commentaire patristique qu’on croyait perdu: le Commentaire des évangiles rédigé au milieu du IVe siècle par Fortunatien d’Aquilée ( L. J. Dorfbauer [éd.], Fortunatianus redivivus. Bischof Fortunatian von Aquileia und sein Evangelien­kommentar, Berlin: De Gruyter, 2017);
  • dans le fascicule 4, deux notes de lecture de Jean-Claude Larchet sur de récentes publications ont été rassemblées sous le titre “Autour de Maxime le Confesseur” (p. 559-564).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.