La notice sur l’évangéliste Marc dans la liste d’apôtres du Vindobonensis theol. gr. 40 (77)

La liste d’apôtres BHG 150 couramment désignée comme liste du «Pseudo-Épiphane» (bien que cette attribution ne se trouve que dans un nombre très restreint de témoins et que cette liste soit anonyme dans la plupart des manuscrits) existe, grosso modo, sous trois formes:

  1. la forme anonyme représentée par l’édition de Donato au début de son édition d’une chaîne exégétique autrefois attribuée à Oecuménius1 et par la plupart des manuscrits, notamment les plus anciens (tel le Reg. gr. Pii II 47, du XIe siècle). Cette forme textuelle comprend les Douze, Paul, Marc (mais pas Luc), Tite, Crescens, l’eunuque de la reine Candace et le nom de quelques-uns des soixante-dix disciples, mais pas de liste complète de ceux-ci. Les variantes les plus importantes entre les témoins de cette liste concernent les matériaux relatifs à saint Paul;
  2. le texte représenté notamment par le Parisinus gr. 1115 (daté de 1276) ainsi que par une ancienne traduction latine de Moïse de Bergame2. Seule la traduction latine est complète; elle comprend les Douze, Paul, Marc, Luc, Tite, l’Eunuque et une liste des Soixante-dix;
  3. le texte représenté notamment par le Vindobonensis theol. gr. 40 (77) (XIIIe siècle), qui est mis sous le nom de Dorothée de Tyr. Cette forme textuelle comprend les Douze, Paul, Marc, Luc, une liste des Soixante-dix et l’Eunuque.

L’édition de Schermann3 repose essentiellement sur les deux dernières formes textuelles, ce qui est un choix assez malheureux, car la proximité entre la première forme et la liste «Anonyme I» (BHG 153c)((Sur cette liste, voir Ch. Guignard, «La tradition grecque de la liste d’apôtres “Anonyme I” (BHG 153c), avec un appendice sur la liste BHG 152n», Apocrypha 26 (2015), sous presse.)), indéniablement ancienne, montre qu’il s’agit de la forme textuelle la plus primitive. Les formes dérivées représentées par le Parisinus et le Vindobonensis ne sont toutefois pas sans intérêt, car elles reflètent la façon dont le texte a été retravaillé et, souvent, enrichi.

L’édition de Schermann reflète parfois la diversité des formes textuelles du «Pseudo-Épiphane» en donnant plusieurs fois la même notice, selon des manuscrits différents. C’est notamment le cas pour l’évangéliste Marc, dont la notice est éditée d’abord selon le Parisinus gr. 1115, puis selon le Vindobonensis theol. gr. 40 (77) et enfin selon le Baroccianus 142 et le texte de Donato. Le texte de Schermann est malheureusement riche en coquilles et en erreurs de collation (dont Schermann n’est pas forcément toujours responsable, car il a en grande partie travaillé sur la base de collations fournies par d’autres savants)((Dans la notice sur le diacre Étienne tirée du même manuscrit, il faut signaler en particulier λιθοβληθεὶς (p. 118, 20) pour λιθοβοληθεὶς, erreur qui pourrait faire conclure à un problème textuel, voire à l’existence d’un verbe *λιθοβάλλω.)). La notice sur Marc du Vindobonensis theol. gr. 40 (77) (p. 116, 6-13)((Pour ce manuscrit, Schermann dépendait d’une collation d’Heinrich Gelzer; voir son introduction, p. XXXVI.)) est particulièrement mal éditée. En effet, outre deux coquilles4, ces lignes comportent une mauvaise conjecture — faite, semble-t-il, sur la base d’une erreur de lecture —, qui rend les l. 9-10 incompréhensibles. Il vaut donc la peine de donner ici à nouveaux frais le texte de cette notice d’après le Vindobonensis theol. gr. 40 (77), f. 259v:

〈Μ〉άρκος ὁ εὐαγγελιστὴς καὶ πρῶτος Ἀλεξανδρείας ἐπίσκοπος Ἀλεξανδρεῦσι καὶ πάσῃ τῇ περιχώρῳ αὐτῆς ἐκήρυξε τὸ εὐαγγέλιον τοῦ κ(υρίο)υ, ἀπὸ Αἰγύπτ(ου) καὶ μέχρι Πενταπόλεως· ἐπὶ δὲ τῆς βασιλείας Τραϊανοῦ ἐν Ἀλεξανδρείᾳ κάλων λαβὼν κατὰ τοῦ τραχήλου καὶ συρεὶς ἀπὸ τῶν καλουμ(έν)ων Βουκόλου τόπων ἕως τῶν καλουμ(έν)ων Ἀγγέλων ἐκεῖ ἐκάη πυρὶ ὑπὸ τῶν εἰδωλομανῶν μη(νὶ) Φαρμουθὶ λʹ· καὶ ἐκεῖ ἐτάφη ἐν τοῖς Βουκόλου.

Aux l. 9-10, Schermann imprime 〈Βου〉κόλων, ce qui suppose la lecture au lieu du κόλων au lieu de κάλων («câble»). Une fois la leçon du manuscrit rétablie, la description du supplice de Marc redevient pleinement compréhensible: on lui attache au cou un câble pour le traîner dans les rues d’Alexandrie.

  1. Ἐξηγήσεις παλαιαὶ καὶ λίαν ὠφέλιμοι βραχυλογίαν τε καὶ σαφήνειαν τοῦ λόγου ἔχουσαι θαυμαστὴν ἐκ διαφόρων τῶν ἁγιῶν πατέρων ὑπομνημάτων ὑπὸ Οἰκουμενίου καὶ Ἀρέθα συλλεχθεῖσαι εἰς τὰς τῆς Νέας Διαθήκης πραγματείας τάσδεExpositiones antiquae ac ualde utiles breuitatem una cum perspicuitate habentes mirabilem, ex diuersis sanctorum patrum commentariis ab Oecumenio et Aretha collectae in hosce Noui Testamenti tractatus …, Veronae, 1532, f. 4r-5r. []
  2. Éditée par F. Dolbeau, «Une liste ancienne d’apôtres et de disciples, traduite du grec par Moïse de Bergame», dans: Prophètes, apôtres et disciples dans les traditions chrétiennes d’Occident, Vies brèves et listes en latin (Subsidia hagiographica 92), Bruxelles, 2012, p. 227-242. []
  3. Th. Schermann, Prophetarum vitae fabulosae, indices apostolorum discipulorumque Domini, Dorotheo, Epiphanio, Hippolyto aliisque vindicata (Bibliotheca Teubneriana), Leipzig, 1907, p. 107-126. []
  4. περιχώρᾳ, l. 7; ἀπὸ au lieu de ὑπὸ, l. 12. []

L’Archivio storico per la Calabria e la Lucania disponible online

La numérisation d’une revue difficile à trouver en bibliothèque est toujours une bonne nouvelle. Celle de l’Archivio storico per la Calabria e la Lucania, dont, en France, seule la Bibliothèque Interuniversitaire de la Sorbonne possède la collection complète, et qui n’est simplement pas disponible en Suisse (à l’exception d’un petit nombre d’exemplaires possédés par la Bibliothèque d’art et d’archéologie de Genève), réjouira historiens et byzantinistes. L’ensemble des numéros de 1931 à 2006 (n° 73) est disponible sur le site de l’Associazione Nazionale per gli Interessi del Mezzogiorno d’Italia (ANIMI).

La consultation est fonctionnelle, mais peu commode et peu intuitive. Une fois « entré » dans l' »archivio », il faut cliquer à gauche de l’écran sur le dossier « Archivio Storico per la Calabria e la Lucania », puis sur le bouton « Visualizza lista documenti » et enfin, pour consulter un volume précis, sur le symbole ayant la forme d’un œil, qui ouvre une fenêtre permettant de consulter les articles page par page.

J’ai ajouté cette revue dans ma liste de « Périodiques grecs en Suisse romande ou sur Internet (avec quelques autres périodiques d’études byzantines)« .

« Lace: Greek OCR »: plus de 600 éditions de textes grecs avec reconnaissance de caractères

Le site « Lace: Greek OCR » a déjà deux ans, mais il reste peu connu des hellénistes francophones, semble-t-il. Il s’agit pourtant d’une ressource extraordinaire: il donne accès à plus de 600 éditions de textes grecs, disponibles à la fois sous forme d’image et, c’est là que réside le grand intérêt du site, dans un texte reconnu (OCR) de grande qualité, en unicode. Continuer la lecture de « Lace: Greek OCR »: plus de 600 éditions de textes grecs avec reconnaissance de caractères

Les témoins de la liste d’apôtres BHG 154e/156n dans l’édition de Schermann

La curieuse petite liste d’apôtres enregistrée sous les numéros BHG 154e et 156n [1], attribuée à Épiphane par un manuscrit, mais anonyme dans les autres, a été éditée par Theodor Schermann non dans ses Prophetarum vitae fabulosae, indices apostolorum discipulorumque Domini (1907), mais dans la monographie consacrée aux mêmes textes qu’il a publiée la même année dans Texte und Untersuchungen [2]. L’édition de Schermann est basée sur deux manuscrits et, en théorie, sur deux éditions. Ces témoins appellent quelques remarques. Continuer la lecture de Les témoins de la liste d’apôtres BHG 154e/156n dans l’édition de Schermann

Un étonnant exemple de « création philologique »: la liste « De eximiis [Christi] discipulis » de Schermann (cf. BHG 156d)

Pour les listes d’apôtres et de disciples du Christ — à savoir un ensemble foisonnant de textes donnant les noms et, souvent, quelques informations essentielles sur les douze apôtres de Jésus, auxquels s’ajoutent parfois les autres évangélistes, S. Paul ou les septante(-deux) disciples (Lc 10, 1ss.),  —, on dépend toujours de l’édition de Theodor Schermann dans la Bibliotheca Teubneriana: Prophetarum vitae fabulosae, indices apostolorum discipulorumque Domini, Dorotheo, Epiphanio, Hippolyto aliisque vindicata (Leipzig, 1907), p. 107ss. Il y a plus de vingt ans, « une refonte drastique » de ce recueil — à laquelle l’auteur de ces lignes s’attache dans le cadre d’un projet soutenu par le Fonds national suisse  [1] — était déjà jugée urgente par François Dolbeau [2]. Continuer la lecture de Un étonnant exemple de « création philologique »: la liste « De eximiis [Christi] discipulis » de Schermann (cf. BHG 156d)

The text of Uncial 0323 Compared with Older and Contemporary New Testament Manuscripts

At present, unless one has the opportunity to go to St Catherine and try to decipher the Greek palimpsest leaves of the Syrus Sinaiticus (Sin. syr. 30) or to consult old pictures (provided that they are helpful, which is far from certain), the only access we have to the text of 0323, the “newest” NT uncial (dated from the 4th or 5th century), is through the portions which were transcribed by Burkitt and Mrs Dunlop.

On this basis, it is interesting to compare our fragment’s text with important witnesses, especially with manuscripts older than or (broadly) contemporary with it. Continuer la lecture de The text of Uncial 0323 Compared with Older and Contemporary New Testament Manuscripts

Dt 22, 9, Geop. V, 15 et Jean Chrysostome: remarque additionnelle sur une particularité de l’Egerton 3154

Dans un article consacré à deux manuscrits du Grand Météore publié l’an dernier avec P. Augustin[1], j’ai montré que le l’Egerton 3154 de la British Library (olim Burdett-Coutts II 14), un témoin des Géoponiques,  n’est autre que le « Recueil botanico-zoologique » mutilé que l’archimandrite Porphyre Uspenskij a trouvé au Monastère de la Transfiguration et dont il a donné une description dans un journal de voyage dans le Nord de la Grèce publié après sa mort[2].

L’une des particularités de ce manuscrit, resté inconnu de Beckh, le dernier éditeur des Géoponiques, est de porter un ☧ (ΧΡ) surmonté d’un C dans la marge, au niveau où commence Geop. V, 15, 3: Continuer la lecture de Dt 22, 9, Geop. V, 15 et Jean Chrysostome: remarque additionnelle sur une particularité de l’Egerton 3154

A propos du texte de Photius, Bibl. 223 (Diodore de Tarse, Contre le Destin)

Le traité de Diodore de Tarse Contre les Astrologues n’est connu que par le long résumé qu’en a donné Photius dans sa Bibliothèque (cod. 223). J’ai récemment mis la dernière main à une traduction italienne de ce texte dans le cadre d’un projet dirigé par Luciano Canfora. Continuer la lecture de A propos du texte de Photius, Bibl. 223 (Diodore de Tarse, Contre le Destin)

Un Notre Père en onciale grecque dans un manuscrit latin de Schaffhouse

Le Répertoire des bibliothèques et des catalogues de manuscrits grecs de M. Richard et J.-M. Olivier (31995) signale à l’entrée « Schaffhausen » un seul manuscrit grec (Isocrate, XVIe s.), sous le n° 43 (erreur d’Omont? il s’agit en fait du Gen. 34). Continuer la lecture de Un Notre Père en onciale grecque dans un manuscrit latin de Schaffhouse

Un manuscrit grec du XVIIIe siècle parmi les acquisitions récentes de l’Ambrosienne (Z 77 suss.)

Le site de la Biblioteca Ambrosiana (Milan) donne accès à une liste de manuscrits qui ne figurent pas encore dans des catalogues imprimés: G. Barbero et S. Serventi, Biblioteca Ambrosiana. Inventario dei manoscritti (Z 1-125 suss.) inseriti in biblioteca dal 1993 al 2009, Milano 2009. Continuer la lecture de Un manuscrit grec du XVIIIe siècle parmi les acquisitions récentes de l’Ambrosienne (Z 77 suss.)

Périodiques grecs en Suisse romande ou sur Internet (avec quelques autres périodiques d’études byzantines)

Version mise à jour le 12 janvier 2016.

Ce relevé (évidemment non exhaustif) se concentre sur les revues les plus difficiles d’accès, en prenant surtout en compte les bibliothèques de Fribourg, Genève et Lausanne (la Fondation Hardt, à Vandoeuvres [GE], n’est habituellement pas prise en compte). Continuer la lecture de Périodiques grecs en Suisse romande ou sur Internet (avec quelques autres périodiques d’études byzantines)

A « New » Uncial Fragment of John’s Gospel (0323)

Lien vers la version française.

I’m glad to announce a little, yet exciting (re)discovery: a forgotten uncial fragment of John’s Gospel in one of the most famous manuscripts in the field of New Testament textual criticism, the Syrus Sinaiticus. The presence of some palimpsest leaves with a Greek Gospel text in this manuscript (Sinaiticus gr. 30, fol. 142, 144, 147 and 149) has been known to the scientific community for more than 100 years, but it always remained in the shadow of the Old Syriac text and apparently no one realized that it had gone unregistered in the GA list of New Testament manuscripts. Continuer la lecture de A « New » Uncial Fragment of John’s Gospel (0323)

Un « nouveau » fragment oncial de l’Évangile de Jean (0323)

Link to the English version.

J’ai le plaisir de faire part d’une redécouverte qui, quoique modeste, n’est pas sans intérêt: celle d’un fragment palimpseste grec de l’évangile de Jean. Ce qui rend le quasi-oubli dont ce fragment a été l’objet particulièrement étonnant est qu’il se trouve dans un des plus célèbres manuscrits néotestamentaires, le Syrus Sinaiticus (Sinaiticus gr. 30), qui transmet une version vieille syriaque des Évangiles. La présence dans ce manuscrit de feuillets palimpsestes dont le texte sous-jacent est constitué de passages évangéliques en grec (f. 142, 144, 147 et 149) est connue depuis plus d’un siècle, mais ces quelques folios sont toujours restés dans l’ombre du texte syriaque des évangiles. Apparemment, personne ne s’était rendu compte que le fragment de Jean n’avait pas été enregistré dans les listes des manuscrits du Nouveau Testament de Gregory et Aland. Continuer la lecture de Un « nouveau » fragment oncial de l’Évangile de Jean (0323)

Le Père Lagrange et Agnes Smith Lewis

La rencontre entre ces deux grandes figures des études bibliques au tournant du XIXe et du XXe siècle que furent Agnes Smith Lewis (1843-1926) et le Père Marie-Joseph Lagrange (1855-1938), qui eut lieu en 1893 au monastère de Ste Catherine du Sinaï, est connue. Continuer la lecture de Le Père Lagrange et Agnes Smith Lewis

Exemplaires de l’ouvrage de N. Fetisov sur Diodore de Tarse (1915)

Diodore de Tarse fait partie des grandes figures chrétiennes de la moité du IVe siècle. Et pourtant il resterait à écrire à son sujet une nouvelle monographie d’ensemble. En effet, la seule qui ait été publiée à ce jour est non seulement ancienne, mais surtout difficile d’accès à la fois de par sa langue et de par sa rareté: Н. Фетисов, Диодор Тарсский. Опыт церковно-исторического исследования его жизни и деятельности, Киев, 1915 [N. Fetisov, Diodore de Tarse. Essai sur sa vie et son œuvre, Kiev, 1915]. Continuer la lecture de Exemplaires de l’ouvrage de N. Fetisov sur Diodore de Tarse (1915)