Un Notre Père en onciale grecque dans un manuscrit latin de Schaffhouse

Le Répertoire des bibliothèques et des catalogues de manuscrits grecs de M. Richard et J.-M. Olivier (31995) signale à l’entrée « Schaffhausen » un seul manuscrit grec (Isocrate, XVIe s.), sous le n° 43 (erreur d’Omont? il s’agit en fait du Gen. 34). Le catalogue de R. Gamper (Katalog der mittelalterlichen Handschriften der Stadtbibliothek Schaffhausen, Dietikon: Urs Graf, 1998, p. 32s. et 70s.) révèle l’existence d’un second manuscrit grec, coté Gen. 3 (Jean Chrysostome, Homélies sur Matthieu, XIe et XVe-XVIe s.), dûment signalé sur l’excellente page de liens de Pinakes.

C’est cependant dans un manuscrit latin provenant de l’Abbaye de l’île écossaise de Iona que se trouve le plus ancien texte grec des collections de la Stadtbibliothek de Schaffhouse: à la fin du ms. Gen. 1, copié aux environs de 700, se lit le le Notre Père (Mt 6, 9-13) en onciale grecque (p. 137) Ces quelques lignes sont sans doute de la main même de l’Abbé Dorbbene, qui a copié la Vie de Saint Colomba par Adamnan qui forme le corps du manuscrit (voir la notice de R. Gamper, op. cit., p. 67s. et la celle d’e-codices). Il y a là un témoignage émouvant des rudiments de culture grecque qui ont pu survivre dans la culture monastique irlandaise du haut Moyen Âge.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *