La notice sur l’évangéliste Marc dans la liste d’apôtres du Vindobonensis theol. gr. 40 (77)

La liste d’apôtres BHG 150 couramment désignée comme liste du «Pseudo-Épiphane» (bien que cette attribution ne se trouve que dans un nombre très restreint de témoins et que cette liste soit anonyme dans la plupart des manuscrits) existe, grosso modo, sous trois formes:

  1. la forme anonyme représentée par l’édition de Donato au début de son édition d’une chaîne exégétique autrefois attribuée à Oecuménius1 et par la plupart des manuscrits, notamment les plus anciens (tel le Reg. gr. Pii II 47, du XIe siècle). Cette forme textuelle comprend les Douze, Paul, Marc (mais pas Luc), Tite, Crescens, l’eunuque de la reine Candace et le nom de quelques-uns des soixante-dix disciples, mais pas de liste complète de ceux-ci. Les variantes les plus importantes entre les témoins de cette liste concernent les matériaux relatifs à saint Paul;
  2. le texte représenté notamment par le Parisinus gr. 1115 (daté de 1276) ainsi que par une ancienne traduction latine de Moïse de Bergame2. Seule la traduction latine est complète; elle comprend les Douze, Paul, Marc, Luc, Tite, l’Eunuque et une liste des Soixante-dix;
  3. le texte représenté notamment par le Vindobonensis theol. gr. 40 (77) (XIIIe siècle), qui est mis sous le nom de Dorothée de Tyr. Cette forme textuelle comprend les Douze, Paul, Marc, Luc, une liste des Soixante-dix et l’Eunuque.

L’édition de Schermann3 repose essentiellement sur les deux dernières formes textuelles, ce qui est un choix assez malheureux, car la proximité entre la première forme et la liste «Anonyme I» (BHG 153c)((Sur cette liste, voir Ch. Guignard, «La tradition grecque de la liste d’apôtres “Anonyme I” (BHG 153c), avec un appendice sur la liste BHG 152n», Apocrypha 26 (2015), sous presse.)), indéniablement ancienne, montre qu’il s’agit de la forme textuelle la plus primitive. Les formes dérivées représentées par le Parisinus et le Vindobonensis ne sont toutefois pas sans intérêt, car elles reflètent la façon dont le texte a été retravaillé et, souvent, enrichi.

L’édition de Schermann reflète parfois la diversité des formes textuelles du «Pseudo-Épiphane» en donnant plusieurs fois la même notice, selon des manuscrits différents. C’est notamment le cas pour l’évangéliste Marc, dont la notice est éditée d’abord selon le Parisinus gr. 1115, puis selon le Vindobonensis theol. gr. 40 (77) et enfin selon le Baroccianus 142 et le texte de Donato. Le texte de Schermann est malheureusement riche en coquilles et en erreurs de collation (dont Schermann n’est pas forcément toujours responsable, car il a en grande partie travaillé sur la base de collations fournies par d’autres savants)((Dans la notice sur le diacre Étienne tirée du même manuscrit, il faut signaler en particulier λιθοβληθεὶς (p. 118, 20) pour λιθοβοληθεὶς, erreur qui pourrait faire conclure à un problème textuel, voire à l’existence d’un verbe *λιθοβάλλω.)). La notice sur Marc du Vindobonensis theol. gr. 40 (77) (p. 116, 6-13)((Pour ce manuscrit, Schermann dépendait d’une collation d’Heinrich Gelzer; voir son introduction, p. XXXVI.)) est particulièrement mal éditée. En effet, outre deux coquilles4, ces lignes comportent une mauvaise conjecture — faite, semble-t-il, sur la base d’une erreur de lecture —, qui rend les l. 9-10 incompréhensibles. Il vaut donc la peine de donner ici à nouveaux frais le texte de cette notice d’après le Vindobonensis theol. gr. 40 (77), f. 259v:

〈Μ〉άρκος ὁ εὐαγγελιστὴς καὶ πρῶτος Ἀλεξανδρείας ἐπίσκοπος Ἀλεξανδρεῦσι καὶ πάσῃ τῇ περιχώρῳ αὐτῆς ἐκήρυξε τὸ εὐαγγέλιον τοῦ κ(υρίο)υ, ἀπὸ Αἰγύπτ(ου) καὶ μέχρι Πενταπόλεως· ἐπὶ δὲ τῆς βασιλείας Τραϊανοῦ ἐν Ἀλεξανδρείᾳ κάλων λαβὼν κατὰ τοῦ τραχήλου καὶ συρεὶς ἀπὸ τῶν καλουμ(έν)ων Βουκόλου τόπων ἕως τῶν καλουμ(έν)ων Ἀγγέλων ἐκεῖ ἐκάη πυρὶ ὑπὸ τῶν εἰδωλομανῶν μη(νὶ) Φαρμουθὶ λʹ· καὶ ἐκεῖ ἐτάφη ἐν τοῖς Βουκόλου.

Aux l. 9-10, Schermann imprime 〈Βου〉κόλων, ce qui suppose la lecture au lieu du κόλων au lieu de κάλων («câble»). Une fois la leçon du manuscrit rétablie, la description du supplice de Marc redevient pleinement compréhensible: on lui attache au cou un câble pour le traîner dans les rues d’Alexandrie.

  1. Ἐξηγήσεις παλαιαὶ καὶ λίαν ὠφέλιμοι βραχυλογίαν τε καὶ σαφήνειαν τοῦ λόγου ἔχουσαι θαυμαστὴν ἐκ διαφόρων τῶν ἁγιῶν πατέρων ὑπομνημάτων ὑπὸ Οἰκουμενίου καὶ Ἀρέθα συλλεχθεῖσαι εἰς τὰς τῆς Νέας Διαθήκης πραγματείας τάσδεExpositiones antiquae ac ualde utiles breuitatem una cum perspicuitate habentes mirabilem, ex diuersis sanctorum patrum commentariis ab Oecumenio et Aretha collectae in hosce Noui Testamenti tractatus …, Veronae, 1532, f. 4r-5r. []
  2. Éditée par F. Dolbeau, «Une liste ancienne d’apôtres et de disciples, traduite du grec par Moïse de Bergame», dans: Prophètes, apôtres et disciples dans les traditions chrétiennes d’Occident, Vies brèves et listes en latin (Subsidia hagiographica 92), Bruxelles, 2012, p. 227-242. []
  3. Th. Schermann, Prophetarum vitae fabulosae, indices apostolorum discipulorumque Domini, Dorotheo, Epiphanio, Hippolyto aliisque vindicata (Bibliotheca Teubneriana), Leipzig, 1907, p. 107-126. []
  4. περιχώρᾳ, l. 7; ἀπὸ au lieu de ὑπὸ, l. 12. []