Un « nouveau » fragment oncial de l’Évangile de Jean (0323)

Link to the English version.

J’ai le plaisir de faire part d’une redécouverte qui, quoique modeste, n’est pas sans intérêt: celle d’un fragment palimpseste grec de l’évangile de Jean. Ce qui rend le quasi-oubli dont ce fragment a été l’objet particulièrement étonnant est qu’il se trouve dans un des plus célèbres manuscrits néotestamentaires, le Syrus Sinaiticus (Sinaiticus gr. 30), qui transmet une version vieille syriaque des Évangiles. La présence dans ce manuscrit de feuillets palimpsestes dont le texte sous-jacent est constitué de passages évangéliques en grec (f. 142, 144, 147 et 149) est connue depuis plus d’un siècle, mais ces quelques folios sont toujours restés dans l’ombre du texte syriaque des évangiles. Apparemment, personne ne s’était rendu compte que le fragment de Jean n’avait pas été enregistré dans les listes des manuscrits du Nouveau Testament de Gregory et Aland.

L’histoire de la découverte du Syrus Sinaiticus au monastère Sainte-Catherine du Sinaï par Agnes Smith Lewis en 1892 est bien connue (voir par ex. J. Soskice, Les aventurières du Sinaï, Paris, Lattès, 2010). Le fragment évangélique grec a été partiellement déchiffré en 1893 par Burkitt et Margaret Smith Gibson pendant un séjour à Sainte-Catherine, dont le but principal était de transcrire le texte vieux syriaque. Trois colonnes, qui contiennent Jn 7, 6-15 et 9, 17-23, ont été publiées quelques années plus tard en appendice à l’édition de la collection hagiographique qui constitue le texte supérieur du palimpseste (Select Narratives of Holy Women from the Syro-Antiochene or Sinai Palimpsest as Written Above the Old Syriac Gospels by John the Stylite, of Beth-Mari-Qanūn in A.D. 778. Syriac Text [Studia Sinaitica 9], London, 1900, App. VI) — ce qui n’était sans doute pas le lieu de publication le plus propre à attirer l’attention des spécialistes du Nouveau Testament.

Cette collection hagiographique fut copiée en 779 ap. J.-Ch. sur du parchemin tiré de plusieurs manuscrits. Jusqu’ici, je n’ai eu accès qu’au facsimilé publié par Hjelt (Syrus Sinaiticus, Helsingfors, 1930), où l’on devine à peine quelques lettres du texte grec (sur les reproductions du manuscrit, voir mon billet du 12 déc. 2013). Selon Burkitt et Hjelt (qui ont tous deux vu l’original), le texte grec de Jean remonterait au IVe ou au Ve siècle, ce qui n’est pas dénué de vraisemblance. Dès lors, ce fragment palimpseste serait peu ou prou contemporain des grands codices onciaux de la Bible grecque.

Le professeur U. Schmid (Münster) m’a aimablement confirmé que ce fragment avait bien été oublié — ce qui me paraissait proprement incroyable. Au début de cette année, il m’a indiqué que le «nouveau» fragment avait reçu de la part de l’Institut für Neutestamentliche Textforschung le numéro 0323. Plus de détails suivront dans un article en cours de soumission.


5 réflexions au sujet de « Un « nouveau » fragment oncial de l’Évangile de Jean (0323) »

  1. Bien, il va falloir revoir notre vocabulaire, pour lui donner précision et élégance… :
    — le Sinaiticus gr. 30 est le codex actuel, composite, “de récupération” – en matière –, mais homogène – en contenu –, contenant les biographies de saintes et martyres, copié en 778 ;
    — le Syrus Sinaiticus (SyrS) est le palimpseste du IV/Ve siècle de 358 pages contenant les quatre Évangiles “séparés” en vieille traduction syriaque, réutilisé par le précédent ;
    — le “Codex sans nom” du IV/Ve siècle est réduit actuellement aux quatre feuillets, palimpsestes aussi, contenant l’Évangile de Jean en grec, réutilisés par le Sinaiticus gr. 30.

    Il resterait à explorer la bibliothèque du monastère Sainte-Catherine, voir si d’autres feuillets de ce “Codex sans nom” n’ont pas été conservés, ou réemployés… Et puisque ce codex a échappé à l’attention générale pendant plus de cent ans, la première des choses à faire est de vérifier qu’il n’est pas un morceau des “322” autres onciaux déjà référencés !

    Donner un nom au “Codex sans nom” ? Smith Lewis & Gibson–Burkitt ? Guignard ?… Le mien (pour y avoir pensé !) ?…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *