Le Père Lagrange et Agnes Smith Lewis

La rencontre entre ces deux grandes figures des études bibliques au tournant du XIXe et du XXe siècle que furent Agnes Smith Lewis (1843-1926) et le Père Marie-Joseph Lagrange (1855-1938), qui eut lieu en 1893 au monastère de Ste Catherine du Sinaï, est connue. Elle est mentionnée, par ex., au ch. 18 de la récente monographie que J. Soskice a consacrée aux sœurs Smith (voir mon billet sur les reproductions du Syrus Sinaiticus).

Je ne suis pas sûr, en revanche, que le témoignage du P. Lagrange lui-même sur cette rencontre («Le palimpseste syriaque du Sinaï», Revue biblique 4, 1895, p. 287) soit connu des historiens anglo-saxons:

En février 1893, nous avons rencontré au Sinaï Mme veuve Lewis et sa sœur Mme Gibson, M. et Mme Burkitt, M. et Mme Bensly et M. Rendel Harris. Cette docte compagnie campait dans le jardin du monastère du Buisson ardent, et passait ses journées dans la bibliothèque dont elle a bien voulu nous faire les honneurs. Mme Lewis avait découvert l’année précédente un manuscrit syriaque des Évangiles, dont sa connaissance approfondie des langues sémitiques lui avait permis de discerner l’importance. On était venu prendre des photographies et des copies de chacune de ses pages. Le travail opiniâtre dura longtemps, non sans fatigue pour les courageux savants, car cette année-là le thermomètre descendit au couvent à 12 degré au-dessous de zéro.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *