Les témoins de la liste d’apôtres BHG 154e/156n dans l’édition de Schermann

La curieuse petite liste d’apôtres enregistrée sous les numéros BHG 154e et 156n [1], attribuée à Épiphane par un manuscrit, mais anonyme dans les autres, a été éditée par Theodor Schermann non dans ses Prophetarum vitae fabulosae, indices apostolorum discipulorumque Domini (1907), mais dans la monographie consacrée aux mêmes textes qu’il a publiée la même année dans Texte und Untersuchungen [2]. L’édition de Schermann est basée sur deux manuscrits et, en théorie, sur deux éditions. Ces témoins appellent quelques remarques.

1) Le ms. A (Vatic. gr. 1974) n’est pas incomplet, comme le croyait Schermann. En fait, le texte du f. 7v continue au f. 70r, comme l’indique le Novum Auctarium de la BHG sous 156n.

2) C et D sont censés représenter respectivement:
— le texte publié dans les SS. Patrum apostolicorum opera de Cotelier (Amsterdam, 21724, t. 1 [et non t. 2, comme l’indique Schermann], p. 274, en note) tel que le reproduit Lipsius dans ses Apokryphen Apostelgeschichten und Apostellegenden (vol. 1, Braunschweig, 1883, p. 24). Le texte est tiré du « MS. Codex 1007. Bibliothecae Regiae », un tétraévangile, où il se lit à la suite de Matthieu;
— le texte publié par Fabricius dans la Codicis apocryphi Novi Testamenti pars tertia, à la p. 590 de l’édition de 1719 (à Hambourg).

Si l’identification de C ne pose pas problème, il en va différemment pour D. La référence donnée par Schermann est manifestement fausse: on ne trouve pas de liste d’apôtres à la p. 590 de l’édition de 1719. Il y en a une à cette page, en revanche, dans celle de 1743, mais il s’agit du De apostolorum parentibus (BHG 157) et non de la liste 156n. En fait, Schermann commet une double imprécision: en réalité notre texte se trouve aux p. 595ss. de l’édition de 1743.

Qui plus est, Schermann note à propos de Fabricius: « der keine HS, die ihm etwa zur Verfügung stand, namhaft macht. » Curieuse remarque, puisque Fabricius renvoie très explicitement à Cotelier (bien que le numéro de page corresponde à l’édition de 1698) et mentionne le manuscrit 1007 de la Bibliothèque royale.

C et D sont donc, en réalité, un seul témoin, que D représente plus fidèlement. En effet, tous les cas où Schermann cite une leçon de D différente de celle de C (apparat, l. 6 et 21) correspondent à des passages où Lipsius s’écarte du texte des Patres apostolici, soit par erreur, soit pour le corriger. Ainsi, les cas où seul C est cité dans l’apparat, ce qui supposerait en théorie l’accord de D avec le texte édité par Schermann, sont simplement des cas où il oublie de citer D.

Il restait à identifier le manuscrit 1007 de la Bibliothèque royale, ce que ni Lipsius, ni Schermann n’ont fait. Ce numéro renvoie au catalogue de Pierre et Jacques Dupuy (1654). Il correspond au n° 2860 du catalogue de 1682 [3], c’est-à-dire à l’actuel BNF Gr. 68 (XIIe siècle; 21 Gregory-Aland). On y trouve bien cette liste, écrite par une main plus récente, au f. 55v.

 

[1] BHG 154e renvoie à l’édition de Cotelier (et à des éditions qui reproduisent son texte) et donc, in fine, au manuscrit de Paris. BHG 156n renvoie aux deux manuscrits utilisés par Schermann. Ces témoins présentent des différences, mais cela vaut également pour les deux manuscrits enregistrés sous 156n. Il paraît donc superflu d’enregistrer cette liste sous deux numéros différents.

[2] Propheten- und Apostellegenden : nebst Jüngerkatalogen des Dorotheus und verwandter Texte (Texte und Untersuchungen zur Geschichte der altchristlichen Literatur 31/3), Leipzig, 1907, p. 231ss.

[3] Voir H. Omont, Concordances des numéros anciens et des numéros actuels des manuscrits latins de la Bibliothèque nationae, Paris, 1903, p. 155.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *