Un étonnant exemple de « création philologique »: la liste « De eximiis [Christi] discipulis » de Schermann (cf. BHG 156d)

Pour les listes d’apôtres et de disciples du Christ — à savoir un ensemble foisonnant de textes donnant les noms et, souvent, quelques informations essentielles sur les douze apôtres de Jésus, auxquels s’ajoutent parfois les autres évangélistes, S. Paul ou les septante(-deux) disciples (Lc 10, 1ss.),  —, on dépend toujours de l’édition de Theodor Schermann dans la Bibliotheca Teubneriana: Prophetarum vitae fabulosae, indices apostolorum discipulorumque Domini, Dorotheo, Epiphanio, Hippolyto aliisque vindicata (Leipzig, 1907), p. 107ss. Il y a plus de vingt ans, « une refonte drastique » de ce recueil — à laquelle l’auteur de ces lignes s’attache dans le cadre d’un projet soutenu par le Fonds national suisse  [1] — était déjà jugée urgente par François Dolbeau [2]. De fait, la fréquentation de cette édition et surtout sa comparaison avec les manuscrits réservent bien des surprises, tant le relevé des variantes est aléatoire et imprécis. Il faut toutefois souligner que Schermann n’en est pas toujours responsable, puisqu’il travaillait en partie à partir de collations transmises par d’autres savants.

Il est toutefois un cas qui dépasse de loin la mesure de l’imprécision pour atteindre à la « création philologique »: la très brève liste des disciples éminents qu’on lit à la p. 128 sous le numéro 3b parmi des appendices à la liste des apôtres attribuée à Épiphane (appendices dont, d’ailleurs, le rapport avec cette liste est loin d’être évident dans tous les cas). En voici le texte dans son édition (voir aussi p. XXXIX, n. 1):

Τῶν δὲ οʹ οἱ πρόκριτοί εἰσιν οὗτοι: Παῦλος, Μάρκος, Λοῦκας, Τίτος, Κανδάκης ὁ εὐνοῦχος, Ἰωάννης βαπτιστής.

Schermann indique avoir eu recours d’une part à l’Ottobonianus gr. 167 (A) et d’autre part à l’Ambrosianus M 15 sup. (Gr. 506, B). Il a lui-même consulté le premier (voir son édition, p. XLVs. et LXV). En revanche, il ne paraît avoir connu le second que par l’intermédiaire du catalogue de Martini et Bassi [3]. En effet, l’Ambrosienne ne fait certainement pas partie des bibliothèques italiennes dans lesquelles Schermann s’est personnellement rendu (cf. p. VII de son introduction), puisqu’il n’a collationné aucun de ses manuscrits (voir les références aux manuscrits de Milan indiquées dans l’index, p. 254).

Son apparat ne signale que deux variantes: 1) ἐστιν B (ce qui est inexact: B a bien εἰσιν, comme l’indiquent d’ailleurs Martini et Bassi); 2) Παῦλος <ἐξ> Ἱερουσαλὴμ κηρύξας τὸ εὐαγγέλιον τοῦ Χριστοῦ κτλ. Β (ce qui correspond à l’incipit indiqué par le catalogue, à ceci près que pour combler la lacune qu’indiquent Martini et Bassi après Παῦλος, Schermann propose une mauvaise conjecture; l’Ambrosianus est affecté par un petit trou, mais on lit sans peine Παῦλος [ἀπ]ὸ ). Cette seconde variante a de quoi laisser le lecteur perplexe, puisqu’elle signifie que l’Ambrosianus n’a pas seulement le nom de Paul, mais une notice, que Schermann n’a pas toutefois reproduite en entier (bien qu’elle soit différente de celle qu’il a éditée dans la liste attribuée à Épiphane, p. 114, 6-115, 4), sans lui indiquer où chercher l’équivalent.

Or la consultation des manuscrits révèle que non seulement l’Ambrosianus a bien une notice complète sur Paul, mais encore que les deux manuscrits ont des notices complètes sur chacun des personnages mentionnés! De plus, Schermann omet le nom de Crescens, qui suit pourtant celui de Luc dans les deux manuscrits, et ne signale pas (comment le pourrait-il?) que Tite manque dans l’Ambrosianus.

Stricto sensu, la liste éditée par Schermann n’existe pas, et le texte de l’Ambrosianus et de l’Ottobonianus, sur lequel je compte revenir bientôt dans un article, peut être considéré comme inédit. A ma connaissance, les erreurs de Schermann ont été sans conséquence sur la recherche: personne, semble-t-il, n’a prêté attention à ces deux lignes de son édition et, en enregistrant le texte tel que le donnent les manuscrits, la BHG (3e éd., n° 156d [4]) n’en fait même pas mention [5]. Il n’en est pas moins vrai que l’éditeur trompe gravement son lecteur.

Certes, rien ne permet de l’accuser de tromperie volontaire. Il n’en demeure pas moins que ce que l’on peut reconstituer de la méthode suivie pour l’ « édition » de ce texte est accablant. En effet, Schermann ne connaît manifestement du manuscrit de Milan que ce qu’en indique le catalogue, à savoir le titre (Τῶν δὲ οʹ οἱ πρόκριτοί εἰσιν οὗτοι) et le début de la notice sur Paul. Ces indications lui ont permis d’identifier, à juste titre, ce texte avec celui de l’Ottobonianus. Cependant, bien qu’il ait personnellement examiné ce manuscrit, il ne semble pas avoir eu conscience, au moment d’établir le texte, que ce témoin contenait non pas une liste de noms, mais un ensemble de notices; peut-être s’est-il laissé tromper par des notes trop sommaires, où il manquait le nom de Crescens (qu’il n’a peut-être pas remarqué, car le copiste a oublié l’initiale). Il suppose ensuite que l’Ambrosianus contient les mêmes noms que l’Ottobonianus, quand bien même il ne connaît qu’une partie de la notice sur Paul. En d’autres termes, son édition repose sur des données textuelles (extrêmement) incomplètes et une supposition hasardeuse.

Fort heureusement, l’édition de Schermann repose généralement sur des bases plus fermes (quoique rarement inébranlables). Ce cas jette néanmoins une lumière crue sur la légèreté avec laquelle il a trop souvent travaillé.

 

[1] Voir « Les listes grecques d’apôtres et de disciples du Christ : présentation d’un projet de recherche », Bulletin de l’AELAC 22-23 (2012-2013), p. 29-34.

[2] « Listes latines d’apôtres et de disciples, traduites du grec », Apocrypha 3 (1992), p. 273 = Prophètes, apôtres et disciples dans les traditions chrétiennes d’Occident. Vies brèves et listes en latin (Subsidia hagiographica 92), Bruxelles, 2012, p. 215 .

[3] E. Martini et D. Bassi, Catalogus codicum Graecorum bibliothecae Ambrosianae, Milano, 1906, vol. 2, p. 609 (n° 1694 du Répertoire de Richard et Olivier).

[4] BHG 156d correspond plus précisément au texte complet de l’Appendice 3b de Schemann (p. 128) suivi des Appendices 2 et 3a (p. 127s.).

[5] Lorsque le P. Halkin signale le texte de l’Ambrosianus et sa parenté avec le manuscrit du Vatican, ainsi que la liste des Douze qui précède, dans ses « Suppléments ambrosiens à la Bibliotheca Hagiographica Graeca » (Analecta Bollandiana 72, 1954, p. 325-342, en l’occurrence 336), il écrit que ces deux listes « sont différentes de celles qu’a publiées Schermann »; il omet, peut-être volontairement, son « édition » de la seconde.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *