Dt 22, 9, Geop. V, 15 et Jean Chrysostome: remarque additionnelle sur une particularité de l’Egerton 3154

Dans un article consacré à deux manuscrits du Grand Météore publié l’an dernier avec P. Augustin[1], j’ai montré que le l’Egerton 3154 de la British Library (olim Burdett-Coutts II 14), un témoin des Géoponiques,  n’est autre que le « Recueil botanico-zoologique » mutilé que l’archimandrite Porphyre Uspenskij a trouvé au Monastère de la Transfiguration et dont il a donné une description dans un journal de voyage dans le Nord de la Grèce publié après sa mort[2].

L’une des particularités de ce manuscrit, resté inconnu de Beckh, le dernier éditeur des Géoponiques, est de porter un ☧ (ΧΡ) surmonté d’un C dans la marge, au niveau où commence Geop. V, 15, 3: « Il faut donc éviter de mélanger ceux-ci (à savoir les raisins issus de différents cépages), afin que, dans le mélange, le meilleur (raisin) ne soit pas gâté par le moins bon. » Uspenskij suggérait que ce sigle pouvait faire référence à Jean Chrysostome, ce qui constitue une interprétation vraisemblable, quand bien même mes recherches ne m’ont pas permis d’identifier un passage chrysostomien ou pseudo-chrysostomien auquel le conseil vinicole aurait pu faire penser le copiste.

Un détail qui n’est pas sans intérêt m’avait échappé au moment de la rédaction de l’article: le conseil viticole des Géoponiques n’est pas sans évoquer une prescription du Deutéronome. Je traduis ici littéralement le texte de la Septante: « Tu ne sèmeras pas <dans> ta vigne une différente (διάφορον) afin que ne soit pas sanctifié [c’est-à-dire consacré et donc impropre à tout usage] le fruit et la semence (σπέρμα) que tu aurais semée avec le fruit de ta vigne » (Dt 22, 9). Étant donné que le contexte est celui de l’interdiction de certains mélanges (ne pas labourer en associant un bœuf et un âne, v. 10; ne pas mélanger laine et lin dans les vêtements, v. 11), διάφορον désigne plutôt une semence différente (sous-entendre σπέρμα, qui apparaît plus loin dans la phrase) qu’une autre sorte de vigne, mais, tout comme le texte massorétique, le texte grec pourrait facilement se comprendre ainsi (διάφορον, scil. ἀμπελῶνα). Dans ces conditions, il n’est que plus imaginable que la lecture de Geop. V, 15 ait rappelé au copiste de l’Egerton ou à celui de son modèle un passage d’un commentaire du Deutéronome ou un sermon transposant la prescription suscitée dans le domaine spirituel ou moral (cf. 2Co 6, 14, avec une autre image) et qu’associant ce texte au nom de Chrysostome, il ait été amené à proposer celui-ci comme source (ou en tous cas comme source d’inspiration) de la prescription viticole des Geop. V, 15, 3. En tout état de cause, le lien que l’on peut faire entre ce passage et le Deutéronome renforce la possibilité d’une référence à Chrysostome, fût-elle vague et inexacte[3].


[1] « A propos de deux manuscrits classiques du Grand Météore (Egerton 3154 ; Phillipps 6459) », Codices manuscripti & impressi 89-90 (2013), p. 25-37. Pour la question d’une possible référence à Chrysostome, voir p. 29, n. 34 (je signale qu’il faut évidemment corriger « Geop. V 3″ en « Geop. V 15, 3″ à la 11e l. à partir du bas de la note).

[2] Vostok’christianskij Thessalija. Puteshestvie v’Meteorskie i Osoolimpijskie monastyri v’Thessalii Arhimandrita Porfirija Uspenskago v’1859 godu, Nzdanie Imperatorskoj Akademin Nauk’pod’redakciju P. A. Syrku, Sankt Peterburg, 1896, p. 546.

[3] Une recherche sur Dt 22, 9 dans Biblindex ne donne malheureusement aucun résultat chez Chrysostome. Si le copiste pense à un texte théologique, il ne s’agit pas forcément d’un texte chrysostomien (même pseudo-chrysostomien).


Une réflexion au sujet de « Dt 22, 9, Geop. V, 15 et Jean Chrysostome: remarque additionnelle sur une particularité de l’Egerton 3154 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *