Reproductions du Syrus Sinaiticus

Connu sous le nom de Syrus Sinaiticus, le Sinaiticus syr. 30 est un palimpseste particulièrement précieux, puisqu’il constitue l’un des deux seuls témoins d’une traduction syriaque des évangiles séparés (par opposition au Diatessaron) antérieure à la Peshitta (Vetus Syriaca, en anglais Old Syriac). Le manuscrit est toujours au monastère de Ste Catherine du Sinaï, mais il est en mauvais état. L’application d’un réactif facilitant la lecture du texte inférieur par Agnes Smith Lewis, qui découvrit le manuscrit en 1892 et fit ensuite plusieurs voyages pour le consulter,  s’est révélée très néfaste (sur la découverte du manuscrit, voir par ex. J. Soskice, Sisters of Sinai. How Two Lady Adventurers Discovered the Hidden Gospels, London, 2009; trad. fr. Les aventurières du Sinaï, Paris, Lattès, 2010).

Dans ces conditions, les photos — et notamment les photos anciennes — de ce manuscrit ont une importance particulière et il n’est sans doute pas inutile d’en dresser une liste, en ajoutant quelques informations (nouvelles, me semble-t-il) à celles que fournit P. J. Williams («The Syriac Versions of the New Testament», in B. D. Ehrman et M. W. Holmes [éd.], The Text of the New Testament in Contemporary Research. Essays on the Status Quaestionis, Leiden, 2013, p. 146, n. 9)
— Fac-similé: A. Hjelt, Syrus Sinaiticus, Helsingfors, 1930.
— P. J. Williams signale des photos dans deux bibliothèques de Cambridge, celle de Westminster College et la University Library et laisse entendre que d’autres bibliothèques en possèdent (lesquelles?).
— Les photos qui étaient en la possession d’Agnes Smith Lewis elle-même ont suivi un autre chemin: à sa mort (1926), celle-ci les a léguées à Hjelt et elles sont actuellement conservées à la Bibliothèque nationale d’Helsinki (ancienne Bibliothèque universitaire de cette ville), comme  Eila Kupias, conservatrice des manuscrits, m’en a très aimablement informé. Cette collection remplit 4 volumes pour un total d’environ 362 pages.
— Hjelt avait lui-même conduit une expédition finlandaise au Sinaï en 1928 et pris de nouvelles photographies et diapositives. Contrairement à ce qu’indique P. J. Williams, seule une partie des photos sur verre est maintenant à la Direction des musées de Finlande (Museovirasto), sous le n° d’inventaire VKK 437:1-65. Selon les informations fournies par Jaana Onatsu, conservatrice de la collection de photographies de la Direction des musées, et par Eila Kupias, seules trois de ces verres sont des reproductions du manuscrit sont dans cette institution, le reste étant toujours en possession de la Bibliothèque nationale (quoique stocké dans un dépôt extérieur).
— Un autre jeu de verres a été déposé à la Bibliothèque universitaire d’Upsal (Uppsala), où il semble toujours se trouver.
— Il existe également des microfilms du manuscrits. La Section grecque de l’IRHT (Paris) et la Library of Congress de Washington en possèdent.
— Je rappelle enfin l’existence de photos plus récentes, mais, pour l’instant, pas accessibles aux chercheurs, qui sont en la possession du prof. James H. Charlesworth et de Bruce E. Zuckermann, qui préparent une nouvelle édition du texte évangélique vieux syriaque.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *