A propos du texte de Photius, Bibl. 223 (Diodore de Tarse, Contre le Destin)

Le traité de Diodore de Tarse Contre les Astrologues n’est connu que par le long résumé qu’en a donné Photius dans sa Bibliothèque (cod. 223). J’ai récemment mis la dernière main à une traduction italienne de ce texte dans le cadre d’un projet dirigé par Luciano Canfora. Traduire dans une langue qui n’est pas ma langue maternelle a été une expérience d’autant plus intéressante que je ne travaillais pas « sans filet » : l’aide apportée par Barbara Cangemi Trolla et, pour quelques pages, par Laura Mecella, auxquelles va toute ma reconnaissance, a été des plus précieuses pour limer l’expression.

La traduction italienne, à paraître aux Edizioni della Normale (Pise), s’accompagnera du texte de l’édition de R. Henry (publiée aux Belles Lettres dans la Collection byzantine, 8 t., Paris, 1959-1977 ; réimprimée dans la CUF, 1991, avec un volume d’index par J. Schamp [t. 9]), le traducteur ayant toutefois la liberté de le modifier là où cela s’avère nécessaire. De fait, le texte de Henry, extraordinairement conservateur, nécessite un certain nombre de corrections. Le cod. 223 a déjà retenu l’attention de plusieurs philologues :

W. Jaeger, « Studia in Photium », Rheinisches Museum für Philologie 103, 1960, p.168-171 ;
G. Ch. Hansen, Gnomon 39, 1967, p. 689-694 ;
R. Renehan, « Photius Bibl. p. 209 a 33 sq. », Rheinisches Museum für Philologie 104, 1961, 189 ;
Ch. Schäublin, « Zu Diodors von Tarsos Schrift gegen die Astrologie (Phot. Bibl. cod. 223) », Rheinisches Museum für Philologie 123, 1980, p. 51-67.

Face aux problèmes, assez nombreux, que pose le texte de Photius, la difficulté est évidemment, comme on l’a plusieurs fois relevé, de déterminer s’il faut ou non intervenir, puisque le texte de la Bibliothèque intégrait déjà, à n’en pas douter, des fautes qui s’étaient glissées dans la tradition manuscrite des auteurs qu’elle intègre et que d’autres se sont sans doute produites dans le processus de composition de la Bibliothèque elle-même. C’est ainsi que j’ai renoncé à corriger l’aberrant Γαλλίας en Ἰταλίας en 212b, 10 : cette faute d’onciale a bien des chances d’être antérieure à Photius et pourrait même avoir figuré dans le texte de Diodore ou d’une de ses sources. En la matière, toutefois, la certitude est hors de portée et, il faut l’avouer, il est difficile, sinon impossible, d’échapper à un certain arbitraire. C’est pourquoi je me suis limité à intervenir (1) dans le cas où le texte des manuscrits ne se comprend pas ou ne fait pas sens (par ex. 209a, 12 ou 209b, 10) et (2) dans les cas où la corruption est évidente et a plus de chances de s’être produite dans la tradition manuscrite de la Bibliothèque qu’à un stade antérieur (par ex. 208b, 24, appuyé par le parallèle de 221b, 17s, ou 210b, 28). Certains problèmes pourraient être dus à des inconséquences de Photius dans son travail de résumé (par ex. 215b, 42-216a, 2, où il manque un verbe conjugué ; une lacune n’est toutefois pas exclue). Les entorses à la rigueur grammaticale posent des problèmes particulièrement aigus. Le cas le plus emblématique est celui de 215b, 12-13 (Διὰ τί δὲ τὸ ὅλον γένος τοιοῦτον καὶ οὔτε λαγὼς θρασυνθῇ οὔτε λέων δειλιάσει …, mais μελετήσειεν à la l. suiv. ; cf. Hansen, p. 691). Faut-il normaliser ? Après bien des hésitations, j’ai préféré renoncer à une intervention (forcément lourde), même si le texte est, pour le moins, insatisfaisant.

Je donne ici la liste des modifications qui me paraissent indispensables (je commenterai quelques passages dans une note à paraître dans le Rheinisches Museum). Cette liste intègre aussi la correction de certaines coquilles et des modifications de la ponctuation. La colonne des remarques indique la source des conjectures et autres interventions critiques lorsque je n’en suis pas l’auteur. Les leçons précédées de l’astérisque sont celles que j’ai vérifiées dans A et M.

  Henry (t. 4) Modifications Remarques
208b24 νόσον καὶ ζωὴν νόσον <καὶ ὑγίειαν> καὶ ζωὴν Hansen 690
209a12 τὸ AM1 τοῦ M2 cf. Schäublin 52, n. 9
209b10 σωθῆναι AM δοθῆναι Schott
210b1-2 *οἱ ἔλεγχοι πρόεισι AM[1] [οἱ ἔλεγχοι] πρόεισι
210b28 ἐπὶ δύσιν, ἄλλοτε δὲ ἐπὶ μεσημβρίαν ἐπὶ δύσιν, <ἄλλοτε δὲ ἐπὶ βορρᾶν>, ἄλλοτε δὲ ἐπὶ μεσημβρίαν Jaeger 171
210b37-38.41 αὐτό; Καὶ τότε […] ἀφωρισμένης. αὐτό, καίτοι γε […] ἀφωρισμένης; Schäublin 53
211a41 ὅτι οὐ κινοῦνται *ὅτι κινοῦνται AM
212b16 Τί M Τίς A cf. Hansen 690
213b14 πάντων, οὐχ οἷόν τε πάντων, ὧν οὐχ οἷόν τε AM
213b36 κάλλιστον κάλλιστον <τῶν> Bekker
215a8 *ἢ τῆς πόλεως M *ἡ τῆς πόλεως A cf. Hansen 690[2]
215a16 *συζυγιῶν AM συζύγων Hansen 691
215a38 τοιοῦτος M τοιοῦτο A cf. Hansen 690
218a12 ἱδρύμενα *ἱδρυμένα AM cf. Schäublin 52, n. 5,
*τῶν Ῥωμαίων M *Ῥωμαίων A cf. Hansen 690
218a13 *μετῴκισε AM μετῴκησε Bekker
218b29 κολαζόμενον κολάζεσθαι Schäublin 54
219a5 θυέλλη θυέλλῃ cf. Schäublin 52, n. 5
219a9 *ἠγνοήθη AM ἀγνοηθῇ Hansen 691
220b31 ἔσχηκε. ἔσχηκε <…>.
221a23-24 δραματούργημα, τῶν δαιμόνων ἔργον ἂν εἴη, τῆς ἁμαρτίας δραματούργημα τῶν δαιμόνων, ἔργον ἂν εἴη τῆς ἁμαρτίας Schäublin 56, n. 17
221b39 οἴονται οἷόν τε Schäublin 54

[1] En réalité, A écrit πρόεισιν

[2] M omet ensuite γένεσις. L’erreur d’accentuation de M est de toute évidence la conséquence de cette omission.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *